Rechercher

Trois jardins publics à connaître

Lyon PARC DE LA TÊTE D’OR « Offrir la campagne à ceux qui n’en ont pas ». Ces quelques mots du sénateur-maire de Lyon, en 1856, résument sa volonté de créer un parc public pour les Lyonnais. Poumon vert de la ville, le parc de la Tête d’or s’est imposé comme un incontournable espace de divertissements, le point de rendez-vous des Lyonnais. Pari réussi !



Strasbourg PARC DE L’ORANGERIE Les orangers en caisse sont un bien si précieux que lorsque la ville de Strasbourg s’en voit attribuer 140, il est décidé de leur construire une orangerie. L’orangerie d’origine a brûlé dans les années 1960, les orangers se comptent désormais sur les doigts d’une main, mais le parc conserve son romantisme d’antan : les statues, l’étang sur lequel voguent les petites barques, les allées sinueuses, les bancs propices à l’échange d’un premier baiser, les fabriques pittoresques et la maison traditionnelle alsacienne abritant le Buerehiesel en constituent l’âme.




Nîmes JARDINS DE LA FONTAINE C’est à l’occasion de travaux de régularisation d’une importante source que l’ancien sanctuaire romain comprenant un nymphée, le temple de Diane et une fontaine est mis au jour dans les années 1740.

Le premier jardin public français est né !