Rechercher

Urbex - 3 lieux insolites

HANGAR AUX ÉLÉPHANTS Non, nous ne sommes pas à Nantes dans le secteur du hangar aux Bananes et de la halle des Machines. Et non, ces éléphants ne sont pas de la famille du colossal pachyderme automate bien connu sur les bords de la Loire. Ces éléphants

-là ne bougent pas, immobiles et oubliés, dans ce vaste entrepôt perdu comme un îlot au milieu d’un immense chantier. À l’intérieur dort cet hétéroclite amas de décors grandeur nature. Dont ces deux mammifères en résine de huit mètres de haut réalisés par le décorateur indien Nitin Chandrakant Desai, à l’occasion de la saison culturelle Bombaysers de Lille en 2006. Un homme connu pour être le roi des décors à Bollywood – contraction de Bombay et Hollywood – où il a créé le troisième plus grand studio de cinéma au monde. Certains se souviennent encore de la rue Faidherbe à Lille, où étaient exposés, alignés en une haie d’honneur, douze éléphants du même modèle, la trompe glorieusement relevée. Spectaculaire, et authentiquement bollywoodien! L’exposition terminée, dix membres de l’imposant troupeau retournaient en Inde, certains pour décorer, modestement, la maison de Nitin Desai, d’autres pour servir de figurants dans des films indiens. Tandis que les deux derniers étaient remisés dans la métropole lilloise. En 2007, on a vu ressortir l’un de ces pachy- dermes, pour une installation dans un quartier de Lille... Puis il a à nouveau disparu. Et depuis, plus de nouvelles. Malgré la promesse des édiles, en 2018, d’organiser une votation populaire concernant la future implantation de ces sympathiques et imposants éléments de décor. Quelque part en France



TOUR EIFFEL Sous les jupes de la « dame de fer »

Prétendre que ce monument emblématique, qui a reçu plus de 250 millions de visiteurs depuis son inauguration et est le troisième site culturel payant le plus visité en France, serait secret et interdit peut sembler provocateur. Et pourtant ! Les espaces de visites sont somme toute assez réduits – rien à voir avec les immenses surfaces visitables du Louvre ou de Versailles –, et limités à trois étages. La magie du lieu, et son pouvoir d’attraction, ne résident en effet pas que dans ces mètres carrés suspendus au-dessus du Champ-de- Mars. Ils proviennent aussi du mythe même de la Tour, de son histoire, de l’émotion que produit l’ascension vertigineuse, des vues panoramiques sur Paris enfin. Ils viennent encore, sans doute, de ce qui n’est pas visible, de ce que le visiteur imagine, des fantasmes que génère cette vénérable « dame de fer » : les 116 antennes de radio et télédiffusion, qui constituent le véritable sommet de la tour, à 324 m ; les bases des piliers, qui renferment les salles des machines des ascenseurs ; le bunker dit « du Champ-de-Mars », ancienne station radiotélégraphique militaire ; mais aussi les entre-étages, que l’on ne fait que traverser en gravissant les 704 marches menant au deuxième étage. Des endroits cachés, dont certains parfois entrouvrent leurs portes, à l’occasion d’exceptionnelles visites guidées insolites. 75007 Paris


LE CHÊNE ET LE PIGEONNIER Un mariage insolite Quel animal besogneux a bien pu cacher un gland au beau milieu du pigeonnier de Béceleuf? Un oiseau? Cela est peu probable. Le coupable est plutôt un rongeur, comme le loir ou le lérot, petit étourdi qui oublia un jour son butin à l’ombre de l’édifice. Né de ce hasard, le jeune chêne se dressa peu à peu vers la lumière, au point de dépasser le pigeonnier. Celui-ci était autrefois signe de richesse. Plus on possédait de cases, plus on était fortuné. Quel étonnant symbole : le roi des arbres dominant les dérisoires valeurs matérielles des hommes! Pigeonnier de Pouzay – 79160 Béceleuf



16 vues0 commentaire